Catégories
Histoire

La première abolition de l’esclavage en France

Lecture : 3 min.

Le 4 février marque la date de la première abolition de l’esclavage en France suite à un vote de la Convention Nationale (Assemblée Nationale).
Ce vote fut le fruit du travail de plusieurs personnes dont le député de Saint-Domingue (Haïti) Jean-Baptiste BELLEY, premier député noir français, qui votera le 3 février 1794 le texte, non sans heurts avec les députés conservateurs et proches des propriétaires-planteurs dans les colonies.
Moins connue que celle de 1848, cette abolition intervient 4 ans après la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen qui donnera la citoyenneté aux personnes de couleur et aux juifs sur le sol français.
En Martinique, les propriétaires-planteurs initieront un accord avec la Couronne britannique afin de passer sous son protectorat et ainsi échapper à l’abolition sur l’île.

Décret d’abolition de la Convention du 4 février 1794 – 16 pluviôse an II.
Par République française, Convention nationale. Archives nationales, Cote : BB/34/1/58, Domaine public.

Jean-Baptiste BELLEY serait né le 6 juillet 1746 ou 1747 sur l’île de Gorée au Sénégal. Il fut embarqué à l’âge de 2 ans pour Saint-Domingue et mis en esclavage jusqu’à ce qu’il puisse racheter sa liberté grâce à son métier de perruquier.

jean baptiste belley saint-domingue convention nationale abolition de l'esclavage 1794
Peinture de Girodet De Roussy-Trioson Anne-Louis (1767-1824) vers 1797.
Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon. MV4616.

Il fut élu député de la Convention Nationale le 24 septembre 1793 pour représenter le département du Nord de la colonie française de Saint-Domingue au côté de deux autres élus de l’île.
Il faisait partie des députés dits montagnards et fut membre du Club des jacobins.

Nommé chef de la légion de gendarmerie à Saint-Domingue en 1801, il fut trahi puis incarcéré dès 1802. Il meurt le 6 août 1805 dans la forteresse de Belle-Ile en mer.

Une copie de la proclamation de l’abolition de l’esclavage est apportée en Guadeloupe par Victor HUGUES.
Son navire débarque sur la plage des Salines au Gosier le 2 juin 1794.
Une stèle commémorative fut installée sur la même plage par le Komité 94, en 1994.
Dans la cale du bateau se trouve également une guillotine devant servir à couper le cou des propriétaires d’habitations sucrières, des royalistes et autres opposants à la Convention.

Stèle commémorative située sur la plage des Salines au Gosier.
Proclamation de l’abolition de l’esclavage apportée par Victor HUGUES aux îles du vent.
Domaine public.

Pour aller plus loin :